RSS feed
                                                                                        
' Le voyage vers le soleil intérieur de Jacques Clauzel' . article de presse M.L.29 mars 2002. Exposition centre d'art contemporain l'Entrepôt. Uzès. Du 30 mars au 11 mai 2002. Peintures.

Jacques Roux

Le voyage vers le soleil intérieur de Jacques Clauzel

L’Entrepôt, centre d’art contemporain, situé tout à côté du stade Pautex, présente jusqu’au 11 mai, un ensemble complet des œuvres de Jacques Clauzel: peintures récentes, dessins, photographies, sculptures, livres d’artistes et gravures. Après la Bibliothèque du Carré d’Art à Nîmes, qui a consacré l’été dernier, du 15 juin au 27 octobre, une importante rétrospective de ses livres d’artistes, l’Entrepôt, cher à Serge Jullian, expose une trentaine de peintures sur papier, de format identique, conçues au cours de l’année 2001. Ces œuvres ne portent pas de titre mais forment un ensemble, comme si elles ouvraient une nouvelle période dans la production du peintre. Une peinture qui ne cherche pas à donner lieu à quelque interprétation, qui n’est pas la représentation d’une réalité extérieure, mais engage sur le chemin d’une profonde méditation.

L’Entrepôt présente aussi de nombreux livres d’artiste conçus et réalisés par Jacques Clauzel pour les éditions A Travers où on trouve, aux côtés de Jacques Clauzel, des signatures prestigieuses: Michel Butor, Pierre Dhainaut, Bernard Noël, Andrée Chédid, Pierre Torreilles...

Né en 1941 à Nîmes, élève des Beaux Arts de Tourcoing, Montpellier et Paris (atelier Chastel), grand logiste au Grand Prix de Rome, Jacques Clauzel fut d’abord, de 1965 à 1973, décorateur à la télévision ivoirienne, puis enseignant de peinture à l’école nationale supérieure des Beaux Arts d’Abidjan. Parallèlement, il effectue de fréquents voyages dans les pays environnants (Mali, Niger, Ghana, Togo...) au cours desquels il prend de nombreuses photographies qui, regroupées, constituent de véritables témoignages. Il se passionne et collectionne l’Art nègre. Il publie deux ouvrages de photos aux éditions Serg: Ici Bon Photo en 1969 et Les marchés d’Abidjan en 1972.

A son retour en France en 1973, il fonde un atelier de photographie industrielle et publicitaire et enseigne la photographie à l’école des Beaux Arts de Montpellier. Il revient à la peinture en 1976 par le biais de dessins automatiques.

Se multiplient alors les expositions personnelles et de groupe. Les plus récentes en 2002, l’université de Ban (Italie), la galerie MMG à Tokyo (Japon), Montpellier, Grasse...

La critique qui a multiplié les articles est toujours élogieuse; elle parle d’une peinture initiatique, d’un voyage vers un soleil intérieur, du monde en noir et blanc, d’un élan primitif, de poésie du Kraft. Muriel Plantier signant, « Au plus profond du noir brille la lumière intérieure, dans Midi Libre, ajoute: Jacques Clauzel ne se contente pas des évidences et démontre qu’il faut savoir écouter la qualité du silence et apprécier les multiples nuances du noir. »

La filmographie met en valeur le travail du peintre et le faiseur de livres. Car Jacques Clauzel a publié à ce jour plus de 200 livres d’artiste où excelle l’art du peintre et du graveur.

Une oeuvre picturale extrêmement rigoureuse, ascétique, également dans le choix des matériaux, sélectionnés pour leur pauvreté (peinture en bâtiment, terre, brou de noix, poussière ramassée dans l’atelier de Gallargues-le-Montueux et papier kraft. Depuis peu il travaille volontiers sur papier chiffon, « parce que lui seul permet d’obtenir certaines choses » ardemment recherchées et incontournables. Les outils utilisés sont généralement l’apanage des ouvriers du bâtiment (truelles, peignes, couteaux, marteaux...).

Une approche dans laquelle rien d’autre ne compte que le « signe émanent », c’est-à-dire qui exulte d’un donné à voir volontairement pauvre, mais dans lequel tout est essentiel. Une œuvre dans laquelle le joli n’a pas sa place et qui amène à la méditation, au retour sur soi, une oeuvre de philosophe et de poète…


A l’Entrepôt
Depuis quelque temps parce qu’il a trouvé ce qui pouvait relier la photo à son travail de peintre, Jacques Clauzel a repris les appareils qu’il avait délaissés. Dans l’exposition présentée à Uzès figurent quelques-uns de ces tirages qui se situent dans le droit fil de son travail. L’artiste s’y passionne non seulement pour les fruits desséchés, écrasés, broyés qu’il a trouvés dans son environnement mais aussi pour les ombres qui nous entourent et qui demandent un œil de poète pour en déchiffrer l’énigme.

Ouvert du mardi au vendredi de 14 heures à 18 heures, le samedi de 10 heures à 12 heures et de 14 heures à 18 heures…


Jacques Roux Midi Libre 29 mars 2002
 



Skip Navigation LinksPage d’accueil > Bibliographie