RSS feed
                                                                                        
'Opus temporis' Galerie Camayeux Marseille. In catalogue exposition. Du 2 Mars au 28 Avril 2006. Photographies.

Pierre Dhainaut

Dès le premier contact, un trouble : les photographies de Jacques Clauzel retirent tout repère. On peut certes vouloir se rassurer en essayant de reconnaître ce qu’on appelle leurs sujets, des fruits séchés, par exemple une grenade, ou des ombres, celles d’un panier sur un mur, et il est vrai que Jacques Clauzel en a reçu « un choc » (il l’a dit lui-même), il le restitue, il nous aide ainsi à mieux voir. Mais sa démarche ne s’arrête pas là. Il ne fixe rien, il saisit sans cesse des passages, celui du temps, celui de la lumière, qui rendent caduques nos définitions : ne subsiste alors qu’un tremblement où rivalisent, échangent leurs forces, s’équilibrent un instant ce qui apparaît et ce qui s’efface, comme dans un poème les mots et le silence. Jacques Clauzel n’exprime pas plus une subjectivité qu’il ne décrit une réalité : il est photographe de la même façon qu’il est peintre, les ressources les plus simples de son art, les plus intenses, ici les variations infinies du noir et du blanc, lui conviennent, qui régénèrent à la fois le sensible, l’indicible, la face de l’énigme.

Pierre Dhainaut



Skip Navigation LinksPage d’accueil > Bibliographie